jeudi 4 août 2016

La déclaration féministe de Gérard Depardieu

Le samedi et le dimanche, la plupart du temps parfois, je me lève tard ! Et lorsque je vais à la douche, j'allume France Inter et je tombe sur des émissions diverses et variées (mais que je commande à bien connaître tout de même, ma douche allant de 11h à 15h... oui oui). La dernière fois, je suis tombée sur Guillaume Gallienne dans Ca peut pas faire de mal. Normalement, le type lit Balzac, Maupassant ou encore (et j'avais adoré l'émission) Le Nom de la Rose d'Umberto Eco. Cette-fois là, il parlait cinéma (certainement une redif') et il en vint au recueil de Gérard Depardieu écrit en 1988 qui compilait les lettres, déclarations ou conversations qu'il eut avec ces gens du métier, acteurs ou réalisateurs, qu'il admirait tant.
Guillaume Gallienne prend la parole et lit cette lettre adressée à Catherine Deneuve, à la fin, hagarde sur mon lit je me repassais les quelques phrases somptueuses que je venais d'entendre. Il me fallait donc aller sur Internet et retrouver ce texte. Depuis je le relis, et je me suis dit qu'il serait pas mal édité sur ce blog. Car c'est une vraie déclaration féministe que le désormais controversée mais génial, Gérard Depardieu, réalise.






"Ma chère Catherine,
Nous venons de vivre douze semaines ensemble. C’était la première fois que nous tournions en extérieur, la nuit. Je t’ai vue belle et fatiguée, belle et tendue, je t’ai découverte belle de nuit.
Il y a des beautés figées, égoïstes, des beautés qui cherchent à vous en imposer, à vous réduire à un rôle de Sganarelle ou de Quasimodo. La vraie beauté est enrichissante. Près d’elle, près de toi, je me sentais incapable de mauvaises pensées, d’être violent. Cette beauté-là apaise, rassure, vous rend meilleur. C’est une vraie discipline d’être belle, il faut beaucoup de rigueur, de vigilance. C’est un équilibre précaire. Un homme peut débarquer à une émission sans être rasé, les yeux cernés, un petit coup de maquillage et de rasoir et le tour est joué. Si une femme n’est pas bien dans sa peau, c’est tout de suite catastrophique, on ne peut pas tricher. Il faut être très généreuse pour rester fidèle à sa beauté, il faut beaucoup de tenue. C’est penser à chaque instant aux autres. Il n’y a que la jeunesse qui peut être insolente dans la beauté, qui n’en a rien à foutre.
Notre couple de cinéma est plus intense, plus solide que beaucoup de couples dans la vie. Il y a un vrai désir à jouer ensemble, une complicité professionnelle qui peut en rendre plus d’un jaloux. On s’amuse tous les deux, on s’amuse à s’embrasser devant les caméras alors que la plupart des acteurs vous diront qu’il n’y a rien de plus casse-gueule, de plus angoissant qu’un baiser au cinéma. Nous, on se regarde, on se dit des yeux : « On va encore y avoir droit ! »
J’ai lu dans un sondage que tu étais la maîtresse rêvée des Français. Je sais qu’il y a des légendes qui courent autour de nous, que l’on fantasme sur notre couple depuis Le Dernier métro. Il y a un interdit entre nous. Tu es une idole bourgeoise et racée ; je suis un fils de paysan aux mains fortes, avec toute sa santé. Dans le film de François, tu te donnes brutalement à moi, sans pudeur, par terre, comme seules sont capables d’oser les femmes bien éduquées. Toi et moi, c’est presque une conquête sociale, la chance pour un gars de la terre un peu rustre d’être aimé par la plus belle femme de faubourg Saint-Germain. C’est la prise de la Bastille de l’amour !
Tu traînes avec toi deux énormes valises chargées de fantasmes, alors que tu vis des choses simples, très poétiques. Tu as su protéger ta vie privée, tes enfants. Certains pensent que tu es froide. Tu es simplement directe, franche, sans ambiguïté. On te croit sereine, organisée. Je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi désordonnée, fantaisiste avec l’argent, ses affaires.
Mais il y a plus intéressant que l’actrice, sa beauté institutionnelle. Gainsbourg disait que tu marchais comme un soldat. Mastroianni que tu étais un Prussien. Je ne t’ai jamais vue te plaindre sur un tournage. Tu peux rester debout des heures sans un mot, sous un soleil de feu ou dans un froid de canard. Tu peux faire la fête, boire comme un hussard et être prête au combat le lendemain.
Un jour, dans une interview, j’ai déclaré que « tu étais l’homme que je voudrais être ». J’ai envoyé cette phrase insensée pour dire que j’enviais chez toi ces qualités qu’on prête d’ordinaire aux hommes, et qu’on trouve si rarement chez eux. Tu es plus responsable, plus forte, plus carapacée que les acteurs. Tu es moins vulnérable. Sans doute, ce paradoxe est-il la vraie féminité. La féminité, c’est l’hospitalité, l’ouverture, c’est aussi savoir résister, ne pas se laisser atteindre par ces regards malsains, insistants, allusifs. On n’est pas dans un monde où l’on accepte la féminité.
La nuit, dans la tension du tournage de Drôle d’endroit pour une rencontre, on mangeait ensemble sur le pouce. J’avais besoin de décharger mes angoisses en racontant des choses énormes de vulgarité. Tu riais pourtant, tu m’encourageais à me laisser aller. Ton humour, ton indulgence me libéraient. Il y a souvent des histoires plus fortes entre les hommes et les femmes quand la sexualité n’est pas là.
« Elle était belle, si la nuit
Qui dort dans la sombre chapelle
Où Michel-Ange a fait son lit 
Immobile peut être belle. »
Peux-tu m’écrire, Catherine, pour me confirmer qu’il s’agit bien d’un poème d’Alfred de Musset.
Je t’embrasse.
Gérard Depardieu, Lettres volées, Ed. J.-C. Lattès, Le Livre de Poche, 1988."

Aucun commentaire: