mercredi 19 juillet 2017

Hello, vous



J'ai des frétillements dans les doigts rien qu'à rentrer dans cet antre digital abandonné. Me revoici ? je ne crois pas, je ne sais pas. Mais l'envie d'écrire était si forte, qu'il me fallait trouver une échappatoire. Mmmmh, comme c'est bon de se mettre à son clavier et de laisser les mots se former. C'est surtout l'envie de partager qui me démange. La plupart du temps. Voire tout le temps. Mais comme j'ai juré (à moi-même en grande partie) de revenir avec un projet qui tient la route, un projet intellectuel, un projet passionnant, je n'osais pas pousser la porte de ce qu'on appelle un backoffice (le site de là où je vous écris, qui met tout en place sur le blog que vous lisez actuellement). Et puis... Et puis, l'idée que les gens soient un peu partis d'ici m'a convaincu de revenir. J'aime bien les trous de mystère et les cachoteries. Ecrire sans penser à qui me lis, c'est plus léger.

En vrai, ma copine collègue et icône Eloïse m'a parlé de Mona Chollet. Le monde entier semble la connaître. Mais pas moi. Elle m'a parlé de son livre "Chez soi" qui est, je crois, ce qu'on aimerait écrire du design, de l'architecture, ce qu'on aimerait trouvé dans les revues qu'on feuillette. Mona Chollet en a fait un livre et c'est subjuguant. Si je vous écrivais le pitch, personne n'irait l'acheter. D'ailleurs Eloïse a bien tenté... Mais franchement, qu'est ce que c'était barbant. C'est quand elle a pris quelques exemples précis, qu'elle m'a formulé la tournure des chapitres que je me suis dit que je le lirai. Et je le fais, en ce moment. Le livre et l'auteure tiennent toutes leurs promesses. C'est un bonbon. Après Vernon Subutex tome 3, je pensais m'ennuyer avec n'importe quel ouvrage. Et voilà que je dévore une sorte d'essai sur une révolution domestique.

Les choses en entrainant d'autres, Eloïse (toujours cette vorace de culture et surtout du web) me dit avoir lu un texte sur le blog de Mona Chollet au sujet de Sophie Fontanel. Ce n'est un mystère pour personne, j'adore Sophie Fontanel. Ce qui n'est pas le cas de tout le monde. Et le poste de blog parle du prochain bouquin de Sophie Fontanel sur le sujet du blanchissement des cheveux. Bref Mona Chollet en parle bien, valide Sophie et me donne envie d'en lire plus sur son blog. Voilà que je lis TOUT. Jusqu'à ça :

"Gilbert suggère, en cas de panne d’inspiration, de se fier à la curiosité, plutôt qu’à la passion. La curiosité, dit-elle, ne provoque pas dans votre vie des changements radicaux et spectaculaires comme le fait la passion. Elle vous pousse à vous demander simplement : « Y a-t-il quelque chose qui t’intéresse ? Quoi que ce soit ? Même un tout petit peu ? Même une chose banale, toute petite ? » Une fois que vous avez répondu, elle conseille de « suivre cet indice », de lui « faire confiance » : « Regardez où la curiosité vous mènera ensuite. Puis suivez le prochain indice, puis le prochain... »"

Ce qui nous ramène à moi (vous ne saviez pas qu'écrire un blog était un long processus narcissique ?). Et à mon manque de passion en ce moment. Mon manque de volonté aussi, heurté à des envies de grandeur. Alors qu'il suffirait de faire un peu, tester, voir, parcourir... Et j'y vois là comme un signe, de continuer et de persévérer, mais en douceur. Parce que c'est si bon, ça, là, d'écrire ici, que je ne peux me résoudre à lâcher.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Alléluia dieu existe Bb de la branche nous reparle de sa vie
Je vais donc ouvrir une bonne bouteille pour fêter cela!